L’attaque génocide de l’EIIL (l'État islamique en Irak et au Levant) contre les kurdes yézidis
Share on Facebook Share on Twitter
 
Other articles
 

BULLETIN INTERNATIONAL / ÉDITION 143 / Septembre 2014


L’EIIL qui s’est facilement accaparé Mossoul le 10 juin a proclamé l’Etat Islamique. Avant et après sa proclamation, l’EIIL a attaqué les environs de Mossoul, les bourgs et cités d’Erbil, de Kirkouketde Bagdad en passant également le 3 août par Rojava où il a attaqué Sinjar, le camp des réfugiés kurdes de Mahmur mais aussi à Cezaa (Nord de la Syrie) et à Kobani.


L’EIIL (son nouveau nom l’Etat Islamique) n’a pas attaqué Sinjar juste parce que c’était un lieu de base parfait pour le passage à Rojava mais aussi parce que la religion dans cette région était différente. Avec l’abandon de cette région par les pershmergas sous l’ordre de Barzani en août, celaa facilité l’occupation par l’EIIL de la région. Les croyances religieuses des yézidis remontent à des temps très ancien. Les kurdes yézidis se trouvent être plus de 800 milles en Irak et ils possèdent une croyance différente des musulmans, chrétiens et juifs. Leyézidisme, dans les temps anciens étaient présents chez les Kurdes mais également chez d’autres peuples. C’est une croyance qui vient duzoroastrisme. Maintenant, il n’est présent que chez les kurdes.


Cette attaque génocide, qu’on appelle « Ordre », contre les kurdes yézidis est la 73ème.


L’Etat Islamique (EI) est l’un des derniers à avoir perpétré ce génocide contre les kurdes yézidis. Le nombre de yézidis massacrés n’étant pas encore précis, il est clair qu’à Sinjar des vieux, des jeunes, des enfants et des femmes, donc des milliers de kurdes yézidis ont été massacrés. Après, l’EI a voulu s’attaqué à ceux qui se sont réfugiés dans les montagnes de Sinjar mais il s’est retrouvé face aux force guérillas de YPG (l’Union de la défense populaire de Rojava) et a ainsi échoué sa tâche. Cependant, l’EI a tout de même massacré dans les villages environnantes de Sinjar les vieilles personnes incapables de bouger ou encore ne voulant pas abandonner leurs villages.L’EI a emprisonné des milliers de jeunes femmes, a promu l’esclavagisme féminine, a violé ces jeunes femmes mais les a également vendu dans des marchés. En attaquant de nouveau, l’EI voulait complètement expulser les yézidis des villages repris par YPG dans la plaine et ainsi mettre en place un état arabe sunnite et islamique.


Nous avions déjà pris en main l’occupation de Mossoul par l’EI dans notre dernière édition. Maintenant, il est nécessaire après l’attaque génocide contre les kurdes yézidis de s’interroger sur les raisons et les conséquences d’une menace sur les chiites Turkmènes, les kurdes Kakaïs, les Yarsans et les orthodoxes araméens.


L’EIIL est une organisation iraquienne d’El Qaïda (son nom officiel est Cemaat el-Tevhidvel-Cihad) qui a été créée en 2003 avec le défi de lutter contre l’occupation américaine. Il a essayé de s’agrandir entre différentes organisations islamistes et baasistes. Cependant, surtout en 2008 lors de l’organisation du « Conseil des éclairés » des tribus sunnites arabes, en retirant son soutien aux gouvernements collaborateurs iraquiens a empêché et a détruit les autres organisations ressemblants à l’EIID. Auparavant, le fondateur – leader était Abou Moussab al-Zarqaoui, après c’est devenu Abou Omar al-Baghdadi qui ont été tous les deux massacrés par les forces gouvernementales irakiennes et les Etats-Unis.


Cette organisation panislamique considère que les croyances chiites ne sont pas légitimes par rapport à l’Islam et de ce fait elle les voit comme des ennemis et les massacre. Cette organisation a attaquée à de nombreuses reprises les cérémonies de deuil et les mosquées des chiites arabes et en a massacré des centaines. Elle a transformé la lutte contre l’occupation impérialiste en conflit sunnite/chiite. En cela, la vision du monde correspond. Après s’être renforcée partiellement en Irak et puis s’être affaiblie, en 2011 quand la guerre civile a éclaté en Syrie, elle a lutté contre la puissance d’El-Assad.


Le Royaume d’Arabie Saoudite, le Qatar de l’Emirat, la Turquie et les régions réactionnaires de Jordanie, mais aussi les impérialistes américains et européens en tant que figurants d’une guerre en Lybie ont soutenu à tous les égards les organisations armées islamistes. Des financements, des installations logistiques, des armes et des bases d’entraînement militaires ont été accordé au service de ces organisations. Cette organisation – dont le nom était le Front al-Nosra et qui est devenu en se séparant l’EIIL – en a également bénéficié. Pendant la guerre, il a devancé ses adversaires en les liquidant grâce à sa brutalité islamiste. Cette fois-ci, particulièrement en Turquie avec le soutien des dirigeants réactionnaires, ces organisations s’établissent dans les frontières turques et elles attaquent les forces révolutionnaires et le peuple de Rojava. La Turquie a envoyé au total 2000 camions remplis d’armes en soutien aux organisations réactionnaires en Syrie dont l’EIIL. Cette vérité a été déchiffrée par le ministre de l’Organisation du renseignement national de Turquie (MIT), de l’armée et des affaires étrangères dans une réunion de Davutoğlu, c’est le chef du MIT HakanFidan qui le déclare lui-même, et le premier ministre actuel mais anciennement ministre des affaires étrangères concernant la guerre l’approuve.


L’EIIL, le Front d’Al-Nosra ou d’autres organisations liées à Al-Qaida ou encore d’autres organisations islamiques se sont agrandis grâce à l’énorme soutien des impérialistes dans la guerre civile réactionnaire en Syrie et  des états réactionnaires environnants. Avec cet énorme soutien, lorsque la politique des mouvements islamistes d’une dizaine d’année s’agrandit vers les masses et s’accouple aux courants armés islamistes, il progresse et apparaît sous un nouveau nom qui est l’EI. Cependant, cette progression a régressé par deux forces. En s’établissant dans le nord de la Syrie, il est entré en conflit pour fonder l’EI et il a reçu des coups durs des forces protectrices YPG de la révolution de Rojava. Le Hizbollah libanais qui s’était engagé en faveur d’El-Assad et d’autres organisations armées réactionnaires tels que l’EIIL ont régressé.


Cette année, cette régression a particulièrement été significative. En Irak, dans la guerre au pouvoir les états réactionnaires environnants ont voulu utiliser comme pion l’EIIL et c’est grâce à cela qu’il a grandi. Les acteurs responsables de cela se trouvent être les pouvoirs réactionnaires des régions environnantes de l’Arabie Saoudite à la Turquie. Ils ont voulu renverser le pouvoir financier pour gagner les régions fédérales sunnites en façonnant le gouvernement central irakien pour qu’il accepte. Les impérialistes américains et européens ont soutenu cela.


L’EIIL a réussi à avoir Mossoul grâce à l’alliance politico-militaire des tribus arabes sunnites qui a retiré ses forces de l’armée de Mossoul. Après, il s’est emparé des autres villes sunnites. C’est ainsi qu’il a pu entreprendre le massacre des yézidis. C’est ainsi qu’il a été en mesure de menacer les chiites turkmènes.
L’occupation de Sinjar où vivent des kurdes yézidis, l’abandon du territoire par les pershmergas kurdes de Barzani et la prise des lieux par l’EIIL n’est que le résultat de l’accord du front des états réactionnaires sunnites de la région. On peut en déduire que dans l’accord de ce front, Kirkouk est pris et Sinjar est donné. Pendant les attaques après l’occupation de Mahmur, les forces de l’EIIL n’attaquaient que les pershmergas de Talabani mais pas ceux de Barzani. Ceci est un autre élément de preuve qui renforce l’idée d’un accord.


Cependant, la situation a changé lorsque l’EIIL a entamé un massacre et a réduit les femmes à l’esclavage et que les forces révolutionnaires kurdes YPG ont défendu les femmes contre ce massacre. Outre cela la situation a également changé lorsque l’EIIL a violé l’accord en prenant Mahmur et en menaçant la capitale de la région kurde Hewler. De plus, les forces protectrices de Rojava, le YPG, en accédant à la montagne de Sinjar courageusement a pu éviter le massacre par l’EIIL qui essayait d’attaquer des dizaines de milliers de kurdes yézidis. Après avoir affronté l’EIIL, le YPG a pu former sur une route de plus de 100 mètres « un corridor de sécurité » qui va de Sinjar à Rojava. Ils ont transporté plus de 100 mille kurdes yézidis dans les montagnes de Sinjar jusqu’à Rojava pour les emmener dans les villes de la région du Kurdistan irakien. Dans ces affronts les combattants de notre parti étaient présents avec détermination. Ils ont été envoyés avec les forces de YPG et HPG dans les montagnes de Sinjar pour les affronts.


Le succès de la lutte des combattants de YPG a changé la situation, l’administration de Barzani, l’Arabie Saoudite, les Etats-Unis et l’Europe ont commencé à mettre en avant des politiques armées avec l’EIIL. Surtout que le financement avait été abandonné. Leur soutien n’était plus nécessaire à l’EIIL. Ils vont de nouveau faire cette guerre impérialiste en montrant une « aide humanitaire » pour augmenter la sympathie des gens.


Probablement peu de temps après, les forces de l’Etat islamique vont recevoir un grand coup et ils vont être vaincus. Le gouvernement de califat se transformera en une fédération sunnite dont l’Irak ferait une partie. La partie syrienne sera partagée en alliance avec El-Assad.


L’empêchement des courants religieux réactionnaires tels que l’EIIL et de leur progression n’est possible que par une résistance révolutionnaire et populaire à long terme.


Dans cette région en ce moment, les mouvements qui peuvent lutter contre les courants religieux réactionnaires tels que l’EIIL sont pour le Kurdistan, le PKK (le parti des travailleurs du Kurdistan) et pour la Palestine le FHKC (Front populaire de libération de la Palestine).


Notre parti donne à ces forces un soutien internationalen participant à la révolution de Rojava et à la résistance de Sinjar et cela améliore sa lutte en pratique. La seule solution est de créer une alternative dans cette région contre l’occupation impérialiste et les forces réactionnaires et ainsi préparer la révolution dans la région en l’améliorant.

 

 

Archive

 

2018
Octobre
2016
Août Juillet
Juin Mai
Mars Février
2015
Septembre Juillet
2014
Décembre Novembre
Septembre

 

L’attaque génocide de l’EIIL (l'État islamique en Irak et au Levant) contre les kurdes yézidis
fc Share on Twitter
 

BULLETIN INTERNATIONAL / ÉDITION 143 / Septembre 2014


L’EIIL qui s’est facilement accaparé Mossoul le 10 juin a proclamé l’Etat Islamique. Avant et après sa proclamation, l’EIIL a attaqué les environs de Mossoul, les bourgs et cités d’Erbil, de Kirkouketde Bagdad en passant également le 3 août par Rojava où il a attaqué Sinjar, le camp des réfugiés kurdes de Mahmur mais aussi à Cezaa (Nord de la Syrie) et à Kobani.


L’EIIL (son nouveau nom l’Etat Islamique) n’a pas attaqué Sinjar juste parce que c’était un lieu de base parfait pour le passage à Rojava mais aussi parce que la religion dans cette région était différente. Avec l’abandon de cette région par les pershmergas sous l’ordre de Barzani en août, celaa facilité l’occupation par l’EIIL de la région. Les croyances religieuses des yézidis remontent à des temps très ancien. Les kurdes yézidis se trouvent être plus de 800 milles en Irak et ils possèdent une croyance différente des musulmans, chrétiens et juifs. Leyézidisme, dans les temps anciens étaient présents chez les Kurdes mais également chez d’autres peuples. C’est une croyance qui vient duzoroastrisme. Maintenant, il n’est présent que chez les kurdes.


Cette attaque génocide, qu’on appelle « Ordre », contre les kurdes yézidis est la 73ème.


L’Etat Islamique (EI) est l’un des derniers à avoir perpétré ce génocide contre les kurdes yézidis. Le nombre de yézidis massacrés n’étant pas encore précis, il est clair qu’à Sinjar des vieux, des jeunes, des enfants et des femmes, donc des milliers de kurdes yézidis ont été massacrés. Après, l’EI a voulu s’attaqué à ceux qui se sont réfugiés dans les montagnes de Sinjar mais il s’est retrouvé face aux force guérillas de YPG (l’Union de la défense populaire de Rojava) et a ainsi échoué sa tâche. Cependant, l’EI a tout de même massacré dans les villages environnantes de Sinjar les vieilles personnes incapables de bouger ou encore ne voulant pas abandonner leurs villages.L’EI a emprisonné des milliers de jeunes femmes, a promu l’esclavagisme féminine, a violé ces jeunes femmes mais les a également vendu dans des marchés. En attaquant de nouveau, l’EI voulait complètement expulser les yézidis des villages repris par YPG dans la plaine et ainsi mettre en place un état arabe sunnite et islamique.


Nous avions déjà pris en main l’occupation de Mossoul par l’EI dans notre dernière édition. Maintenant, il est nécessaire après l’attaque génocide contre les kurdes yézidis de s’interroger sur les raisons et les conséquences d’une menace sur les chiites Turkmènes, les kurdes Kakaïs, les Yarsans et les orthodoxes araméens.


L’EIIL est une organisation iraquienne d’El Qaïda (son nom officiel est Cemaat el-Tevhidvel-Cihad) qui a été créée en 2003 avec le défi de lutter contre l’occupation américaine. Il a essayé de s’agrandir entre différentes organisations islamistes et baasistes. Cependant, surtout en 2008 lors de l’organisation du « Conseil des éclairés » des tribus sunnites arabes, en retirant son soutien aux gouvernements collaborateurs iraquiens a empêché et a détruit les autres organisations ressemblants à l’EIID. Auparavant, le fondateur – leader était Abou Moussab al-Zarqaoui, après c’est devenu Abou Omar al-Baghdadi qui ont été tous les deux massacrés par les forces gouvernementales irakiennes et les Etats-Unis.


Cette organisation panislamique considère que les croyances chiites ne sont pas légitimes par rapport à l’Islam et de ce fait elle les voit comme des ennemis et les massacre. Cette organisation a attaquée à de nombreuses reprises les cérémonies de deuil et les mosquées des chiites arabes et en a massacré des centaines. Elle a transformé la lutte contre l’occupation impérialiste en conflit sunnite/chiite. En cela, la vision du monde correspond. Après s’être renforcée partiellement en Irak et puis s’être affaiblie, en 2011 quand la guerre civile a éclaté en Syrie, elle a lutté contre la puissance d’El-Assad.


Le Royaume d’Arabie Saoudite, le Qatar de l’Emirat, la Turquie et les régions réactionnaires de Jordanie, mais aussi les impérialistes américains et européens en tant que figurants d’une guerre en Lybie ont soutenu à tous les égards les organisations armées islamistes. Des financements, des installations logistiques, des armes et des bases d’entraînement militaires ont été accordé au service de ces organisations. Cette organisation – dont le nom était le Front al-Nosra et qui est devenu en se séparant l’EIIL – en a également bénéficié. Pendant la guerre, il a devancé ses adversaires en les liquidant grâce à sa brutalité islamiste. Cette fois-ci, particulièrement en Turquie avec le soutien des dirigeants réactionnaires, ces organisations s’établissent dans les frontières turques et elles attaquent les forces révolutionnaires et le peuple de Rojava. La Turquie a envoyé au total 2000 camions remplis d’armes en soutien aux organisations réactionnaires en Syrie dont l’EIIL. Cette vérité a été déchiffrée par le ministre de l’Organisation du renseignement national de Turquie (MIT), de l’armée et des affaires étrangères dans une réunion de Davutoğlu, c’est le chef du MIT HakanFidan qui le déclare lui-même, et le premier ministre actuel mais anciennement ministre des affaires étrangères concernant la guerre l’approuve.


L’EIIL, le Front d’Al-Nosra ou d’autres organisations liées à Al-Qaida ou encore d’autres organisations islamiques se sont agrandis grâce à l’énorme soutien des impérialistes dans la guerre civile réactionnaire en Syrie et  des états réactionnaires environnants. Avec cet énorme soutien, lorsque la politique des mouvements islamistes d’une dizaine d’année s’agrandit vers les masses et s’accouple aux courants armés islamistes, il progresse et apparaît sous un nouveau nom qui est l’EI. Cependant, cette progression a régressé par deux forces. En s’établissant dans le nord de la Syrie, il est entré en conflit pour fonder l’EI et il a reçu des coups durs des forces protectrices YPG de la révolution de Rojava. Le Hizbollah libanais qui s’était engagé en faveur d’El-Assad et d’autres organisations armées réactionnaires tels que l’EIIL ont régressé.


Cette année, cette régression a particulièrement été significative. En Irak, dans la guerre au pouvoir les états réactionnaires environnants ont voulu utiliser comme pion l’EIIL et c’est grâce à cela qu’il a grandi. Les acteurs responsables de cela se trouvent être les pouvoirs réactionnaires des régions environnantes de l’Arabie Saoudite à la Turquie. Ils ont voulu renverser le pouvoir financier pour gagner les régions fédérales sunnites en façonnant le gouvernement central irakien pour qu’il accepte. Les impérialistes américains et européens ont soutenu cela.


L’EIIL a réussi à avoir Mossoul grâce à l’alliance politico-militaire des tribus arabes sunnites qui a retiré ses forces de l’armée de Mossoul. Après, il s’est emparé des autres villes sunnites. C’est ainsi qu’il a pu entreprendre le massacre des yézidis. C’est ainsi qu’il a été en mesure de menacer les chiites turkmènes.
L’occupation de Sinjar où vivent des kurdes yézidis, l’abandon du territoire par les pershmergas kurdes de Barzani et la prise des lieux par l’EIIL n’est que le résultat de l’accord du front des états réactionnaires sunnites de la région. On peut en déduire que dans l’accord de ce front, Kirkouk est pris et Sinjar est donné. Pendant les attaques après l’occupation de Mahmur, les forces de l’EIIL n’attaquaient que les pershmergas de Talabani mais pas ceux de Barzani. Ceci est un autre élément de preuve qui renforce l’idée d’un accord.


Cependant, la situation a changé lorsque l’EIIL a entamé un massacre et a réduit les femmes à l’esclavage et que les forces révolutionnaires kurdes YPG ont défendu les femmes contre ce massacre. Outre cela la situation a également changé lorsque l’EIIL a violé l’accord en prenant Mahmur et en menaçant la capitale de la région kurde Hewler. De plus, les forces protectrices de Rojava, le YPG, en accédant à la montagne de Sinjar courageusement a pu éviter le massacre par l’EIIL qui essayait d’attaquer des dizaines de milliers de kurdes yézidis. Après avoir affronté l’EIIL, le YPG a pu former sur une route de plus de 100 mètres « un corridor de sécurité » qui va de Sinjar à Rojava. Ils ont transporté plus de 100 mille kurdes yézidis dans les montagnes de Sinjar jusqu’à Rojava pour les emmener dans les villes de la région du Kurdistan irakien. Dans ces affronts les combattants de notre parti étaient présents avec détermination. Ils ont été envoyés avec les forces de YPG et HPG dans les montagnes de Sinjar pour les affronts.


Le succès de la lutte des combattants de YPG a changé la situation, l’administration de Barzani, l’Arabie Saoudite, les Etats-Unis et l’Europe ont commencé à mettre en avant des politiques armées avec l’EIIL. Surtout que le financement avait été abandonné. Leur soutien n’était plus nécessaire à l’EIIL. Ils vont de nouveau faire cette guerre impérialiste en montrant une « aide humanitaire » pour augmenter la sympathie des gens.


Probablement peu de temps après, les forces de l’Etat islamique vont recevoir un grand coup et ils vont être vaincus. Le gouvernement de califat se transformera en une fédération sunnite dont l’Irak ferait une partie. La partie syrienne sera partagée en alliance avec El-Assad.


L’empêchement des courants religieux réactionnaires tels que l’EIIL et de leur progression n’est possible que par une résistance révolutionnaire et populaire à long terme.


Dans cette région en ce moment, les mouvements qui peuvent lutter contre les courants religieux réactionnaires tels que l’EIIL sont pour le Kurdistan, le PKK (le parti des travailleurs du Kurdistan) et pour la Palestine le FHKC (Front populaire de libération de la Palestine).


Notre parti donne à ces forces un soutien internationalen participant à la révolution de Rojava et à la résistance de Sinjar et cela améliore sa lutte en pratique. La seule solution est de créer une alternative dans cette région contre l’occupation impérialiste et les forces réactionnaires et ainsi préparer la révolution dans la région en l’améliorant.