Les Flammes De La Résistance Entourent La Turquie
Share on Facebook Share on Twitter

 
Other articles
 

 

 Octobre 2018 /  Bulletin International / Numéro 191

Les forêts du Kurdistan brûlent. Les terres du Kurdistan du Nord et de la Turquie ont été dévastés de façon discontinue depuis plus de trois mois. Des incendies de forêt, en particulier à Dersim, mais également dans les villes de Mardin, Hakkari, Şırnak, Diyarbakır et Bingöl ont touché les villages proches de ces forêts. Les incendies ont commencé dans les régions bombardées par les avions de guerre de l'Etat fasciste colonialiste turc et s'étendent rapidement aux régions environnantes. Il y a un grand silence dans les médias bourgeois qui omettent intentionnellement les informations sur les incendies. L'armée turque ne permet pas à la population d'intervenir dans les incendies en raison des opérations contre la guérilla. Les citoyens qui tentent d'éteindre les incendies ont été bloqués par la police et les soldats. Les parlementaires du HDP, qui tentaient de se rendre dans la région pour voir la situation de première main, pour partager les faits matériels avec la population et pour corriger les informations erronées ont également été bloqués alors qu'ils tentaient de se rendre dans les zones d'incendie. Les équipes de volontaires formées par les habitants de ces villages ne suffisent malheureusement pas pour arrêter les incendies.
Cette situation n'est en réalité pas nouvelle. L'Etat bourgeois turc utilise la méthode de la destruction des forêts comme politique de guerre. Ce sont des signes typiques de la mentalité colonialiste qui obligent l'État à bombarder les terres de son propre territoire, à tout détruire, qu'il soit vivant ou non, à mener une politique aussi incontrôlable et agressive. Depuis août, des milliers de km2 de terres et de forêts ont été incendiés. Maisons, animaux, lieux sacrés, cimetières, natures, valeurs historiques et mémoires collectives des habitants de la région, dont la plupart sont kurdes et alévies, ont été endommagés et en partie détruits. L'État fasciste pensait que l'intensification de la politique d'oppression à l'encontre des populations insérées dans cette géographie pourrait constituer une solution pour supprimer la résistance de la guérilla en leur coupant la vie, leur lien avec le peuple. Cependant, comment une telle mentalité peut-elle prétendre posséder ces terres alors que la résistance perdure après tout cela?
L'État bourgeois turc a été fondé sur une idéologie moniste, c'est-à-dire sur une race, une religion et un genre. Il a imposé une identité moniste, c'est-à-dire une politique identitaire dominante turque, sunnite et masculine pour ouvrir la voie à la classe capitaliste bourgeoise et pour développer le capitalisme sur cette accumulation primaire. La région de Dersim n'est en particulier pas étranger à ces politiques. Les massacres contre les soulèvements des Kurdes et des Alévies au cours des années 1930 avaient amené le génocide en 1938 et tout avait été exterminé, même les personnes et les animaux vivants dans les grottes. Les leaders des émeutes avaient été exécutés. La « loi de Dersim » appliquée à cette période est toujours d'actualité.
De nouveau, les politiques d'extermination se sont intensifiées dans les années 90 après la montée du mouvement de libération nationale kurde. Un exemple simple de la mentalité de l'Etat sur la façon dont il aborde cette question peut être le désengagement de l'Etat turc auprès de la Commission économique européenne de l'ONU en 1998. Le conseil d'administration turc n'a pas signé l'accord environnemental étudié de longue date lors de cette réunion à cause de l'objection de l'état-major général de l'armée turque. En raison de l'article de l'accord sur le partage d'informations sur les opérations, le problème et le fait que l'armée brûlait les forêts pourraient être plus visibles dans l'opinion publique. Et cela ils ne pouvaient le permettre et ils ne pouvaient le faire. Tout au long des années 90, l'évacuation forcée des villages et les incendies des forêts ont été des outils stratégiques pour l'armée turque, mais cela n'a pas mis fin à la résistance du peuple kurde, bien au contraire. Les peuples ne se sont pas agenouillés contre ces politiques, ils ne se sont pas rendus.
La dictature fasciste d'Erdoğan, qui tente de maintenir les terres de Dersim dans un assiégement et par des tirs incessants, représente bien plus que de briser la volonté des nombreuses forces de la guérilla qui combattent dans les montagnes du Dersim pour la liberté et le socialisme sous l'égide de la lutte de la révolution unie de la Turquie et du Kurdistan. La suppression violente des revendications de la démocratie et de l'égalité des peuples a des conséquences à la fois politiques et écologiques. Une autre raison de brûler les forêts est d'ouvrir des terres à des activités minières et de construction. La politique de guerre et de rentier est bras dessus bras dessous. Dans la plupart des cas, les terres incendiées sont cédées à des entreprises touristiques ou minières. Le crime ici est contre l'humanité, c'est contre la nature, pas seulement contre la guérilla ou le peuple de Dersim. Le raisonnement sur la sécurité est une excuse peu coûteuse pour la mentalité colonialiste et une échappatoire constante pour continuer ses massacres.

La décimation des êtres vivants est une politique de démémoration génocidaire consistant à purger le Kurdistan de l'identité kurde et alévie. La question kurde est une question vitale pour l'Etat bourgeois turc, c'est une question existentielle et une priorité absolue pour le maintien de l'Etat. Et cette priorité coïncide à nouveau avec la récente crise économique. Le chef fasciste Erdoğan veut blâmer les "forces étrangères", les "traîtres", les "terroristes" en utilisant le nationalisme cruel et noir pour diviser la classe ouvrière dans les récents développements économiques. Tandis que la guérilla réussissait à tenir le coup, il avait tendance à bloquer toutes les villes, la résistance ne disparaissant pas, il s'engageait dans la destruction de la géographie. Bien que c'est une période estivale au cours de laquelle les révolutionnaires sont tombés en martyr au cours des dernières années, à partir du mouvement de libération nationale kurde, les forces révolutionnaires ont mené des actions efficaces. Les martyrs de l'HBDH, du PKK, du MKP, du DKP-BÖG, du TKP-ML et de notre parti, le MLKP, ont arrosé les terres de leur sang pendant cet été. Les martyrs montrent les dimensions du sacrifice, de la détermination et soutiennent la volonté du pouvoir humain contre la supériorité technique. Les révolutionnaires qui promettaient la liberté à leurs peuples ne se sont pas écartés de leur combat pour mettre le feu au fascisme, mais pour le diffuser. Les prochaines élections locales, qui unissent et synchronisent ce mouvement avec la résistance de la guérilla, constituent une tâche urgente pour les révolutionnaires. Alors que ses fondements sont ébranlés, la dictature fasciste devient agressive, elle tombe dans une crise plus profonde. La crise politique de l'État, qui coïncide avec la crise existentielle du capitalisme, fait fortement allusion à la récente crise économique. Comme cette crise économique est structurelle, les politiques visant à surmonter la crise économique ne sont, en revanche, pas économiques, mais idéologiques. La politique d'agression chauviniste en fait partie. Cependant, l'État perd son hégémonie idéologique par rapport au passé. Malgré tous les massacres, les attaques brutales de policiers et de soldats, les tentatives de briser la guérilla, la résistance du peuple ne s'éteint pas. Il ne peut pas surmonter cette crise multiforme en brûlant les forêts et la nature parce que les communistes et les révolutionnaires de Turquie et du Kurdistan continuent de lutter pour la liberté et l'honneur des peuples et pour la victoire du socialisme au premier plan.

 

 

Archive

 

2018
Octobre
2016
Août Juillet
Juin Mai
Mars Février
2015
Septembre Juillet
2014
Décembre Novembre
Septembre

 

Les Flammes De La Résistance Entourent La Turquie
fc Share on Twitter

 

 

 Octobre 2018 /  Bulletin International / Numéro 191

Les forêts du Kurdistan brûlent. Les terres du Kurdistan du Nord et de la Turquie ont été dévastés de façon discontinue depuis plus de trois mois. Des incendies de forêt, en particulier à Dersim, mais également dans les villes de Mardin, Hakkari, Şırnak, Diyarbakır et Bingöl ont touché les villages proches de ces forêts. Les incendies ont commencé dans les régions bombardées par les avions de guerre de l'Etat fasciste colonialiste turc et s'étendent rapidement aux régions environnantes. Il y a un grand silence dans les médias bourgeois qui omettent intentionnellement les informations sur les incendies. L'armée turque ne permet pas à la population d'intervenir dans les incendies en raison des opérations contre la guérilla. Les citoyens qui tentent d'éteindre les incendies ont été bloqués par la police et les soldats. Les parlementaires du HDP, qui tentaient de se rendre dans la région pour voir la situation de première main, pour partager les faits matériels avec la population et pour corriger les informations erronées ont également été bloqués alors qu'ils tentaient de se rendre dans les zones d'incendie. Les équipes de volontaires formées par les habitants de ces villages ne suffisent malheureusement pas pour arrêter les incendies.
Cette situation n'est en réalité pas nouvelle. L'Etat bourgeois turc utilise la méthode de la destruction des forêts comme politique de guerre. Ce sont des signes typiques de la mentalité colonialiste qui obligent l'État à bombarder les terres de son propre territoire, à tout détruire, qu'il soit vivant ou non, à mener une politique aussi incontrôlable et agressive. Depuis août, des milliers de km2 de terres et de forêts ont été incendiés. Maisons, animaux, lieux sacrés, cimetières, natures, valeurs historiques et mémoires collectives des habitants de la région, dont la plupart sont kurdes et alévies, ont été endommagés et en partie détruits. L'État fasciste pensait que l'intensification de la politique d'oppression à l'encontre des populations insérées dans cette géographie pourrait constituer une solution pour supprimer la résistance de la guérilla en leur coupant la vie, leur lien avec le peuple. Cependant, comment une telle mentalité peut-elle prétendre posséder ces terres alors que la résistance perdure après tout cela?
L'État bourgeois turc a été fondé sur une idéologie moniste, c'est-à-dire sur une race, une religion et un genre. Il a imposé une identité moniste, c'est-à-dire une politique identitaire dominante turque, sunnite et masculine pour ouvrir la voie à la classe capitaliste bourgeoise et pour développer le capitalisme sur cette accumulation primaire. La région de Dersim n'est en particulier pas étranger à ces politiques. Les massacres contre les soulèvements des Kurdes et des Alévies au cours des années 1930 avaient amené le génocide en 1938 et tout avait été exterminé, même les personnes et les animaux vivants dans les grottes. Les leaders des émeutes avaient été exécutés. La « loi de Dersim » appliquée à cette période est toujours d'actualité.
De nouveau, les politiques d'extermination se sont intensifiées dans les années 90 après la montée du mouvement de libération nationale kurde. Un exemple simple de la mentalité de l'Etat sur la façon dont il aborde cette question peut être le désengagement de l'Etat turc auprès de la Commission économique européenne de l'ONU en 1998. Le conseil d'administration turc n'a pas signé l'accord environnemental étudié de longue date lors de cette réunion à cause de l'objection de l'état-major général de l'armée turque. En raison de l'article de l'accord sur le partage d'informations sur les opérations, le problème et le fait que l'armée brûlait les forêts pourraient être plus visibles dans l'opinion publique. Et cela ils ne pouvaient le permettre et ils ne pouvaient le faire. Tout au long des années 90, l'évacuation forcée des villages et les incendies des forêts ont été des outils stratégiques pour l'armée turque, mais cela n'a pas mis fin à la résistance du peuple kurde, bien au contraire. Les peuples ne se sont pas agenouillés contre ces politiques, ils ne se sont pas rendus.
La dictature fasciste d'Erdoğan, qui tente de maintenir les terres de Dersim dans un assiégement et par des tirs incessants, représente bien plus que de briser la volonté des nombreuses forces de la guérilla qui combattent dans les montagnes du Dersim pour la liberté et le socialisme sous l'égide de la lutte de la révolution unie de la Turquie et du Kurdistan. La suppression violente des revendications de la démocratie et de l'égalité des peuples a des conséquences à la fois politiques et écologiques. Une autre raison de brûler les forêts est d'ouvrir des terres à des activités minières et de construction. La politique de guerre et de rentier est bras dessus bras dessous. Dans la plupart des cas, les terres incendiées sont cédées à des entreprises touristiques ou minières. Le crime ici est contre l'humanité, c'est contre la nature, pas seulement contre la guérilla ou le peuple de Dersim. Le raisonnement sur la sécurité est une excuse peu coûteuse pour la mentalité colonialiste et une échappatoire constante pour continuer ses massacres.

La décimation des êtres vivants est une politique de démémoration génocidaire consistant à purger le Kurdistan de l'identité kurde et alévie. La question kurde est une question vitale pour l'Etat bourgeois turc, c'est une question existentielle et une priorité absolue pour le maintien de l'Etat. Et cette priorité coïncide à nouveau avec la récente crise économique. Le chef fasciste Erdoğan veut blâmer les "forces étrangères", les "traîtres", les "terroristes" en utilisant le nationalisme cruel et noir pour diviser la classe ouvrière dans les récents développements économiques. Tandis que la guérilla réussissait à tenir le coup, il avait tendance à bloquer toutes les villes, la résistance ne disparaissant pas, il s'engageait dans la destruction de la géographie. Bien que c'est une période estivale au cours de laquelle les révolutionnaires sont tombés en martyr au cours des dernières années, à partir du mouvement de libération nationale kurde, les forces révolutionnaires ont mené des actions efficaces. Les martyrs de l'HBDH, du PKK, du MKP, du DKP-BÖG, du TKP-ML et de notre parti, le MLKP, ont arrosé les terres de leur sang pendant cet été. Les martyrs montrent les dimensions du sacrifice, de la détermination et soutiennent la volonté du pouvoir humain contre la supériorité technique. Les révolutionnaires qui promettaient la liberté à leurs peuples ne se sont pas écartés de leur combat pour mettre le feu au fascisme, mais pour le diffuser. Les prochaines élections locales, qui unissent et synchronisent ce mouvement avec la résistance de la guérilla, constituent une tâche urgente pour les révolutionnaires. Alors que ses fondements sont ébranlés, la dictature fasciste devient agressive, elle tombe dans une crise plus profonde. La crise politique de l'État, qui coïncide avec la crise existentielle du capitalisme, fait fortement allusion à la récente crise économique. Comme cette crise économique est structurelle, les politiques visant à surmonter la crise économique ne sont, en revanche, pas économiques, mais idéologiques. La politique d'agression chauviniste en fait partie. Cependant, l'État perd son hégémonie idéologique par rapport au passé. Malgré tous les massacres, les attaques brutales de policiers et de soldats, les tentatives de briser la guérilla, la résistance du peuple ne s'éteint pas. Il ne peut pas surmonter cette crise multiforme en brûlant les forêts et la nature parce que les communistes et les révolutionnaires de Turquie et du Kurdistan continuent de lutter pour la liberté et l'honneur des peuples et pour la victoire du socialisme au premier plan.