Communist Youth Organization
 
Communist Women's Organization
   
Armed Forces of the Poor and Oppressed
 
Kurdistan Organization

 

 

     Nouvelles

18.04.19 / Édition actuel du bulletin international publié

1- Numéro d'avril:


2- Édition spécial à la mémoire du camarade Baran Serhat:



18.04.19 / Appel À Regrouper Les Forces Pour Un Front Uni Anti-Impérialiste

Les signataires appellent :
Unissons-nous au-delà des frontières !
Construisons un front uni anti-impérialiste mondial !

1. Au niveau mondial, l'impérialisme montre sa face réactionnaire. Des guerres nous menacent. L'exploitation de l'homme et de la nature s'intensifie de façon brutale. Le chômage en masse et la misère sont endémiques. L'oppression et la violence contre les femmes sont quotidiennes. Chaque jour, les bases d'existence naturelles sont menacées de plus en plus. Les causes de la fuite se multiplient toujours plus. Les gouvernements de droite jusqu'à fascistes se reflètent dans le renforcement de forces de droite et fascistes, aussi parmi les masses. La destruction de l'avenir de la jeunesse - c'est la dernière conséquence de la logique impérialiste.
2. Dans leurs actions, nos ennemis sont organisés à un très haut niveau ! Et nous ? Les forces révolutionnaires et anti-impérialistes sont encore très fragmentées et parfois elles se déchirent pour des nullités. Il est très urgent de changer cela, pour que le monde ne périsse pas dans la barbarie capitaliste. Mais il y a aussi des débuts pleins d'espoir de nouveaux regroupements, d'alliances et un besoin croissant de coopération.
3. La productivité du travail des ouvriers et des paysans a explosé pendant les dernières décennies. Les ressources humaines et naturelles seraient en mesure de donner à toute l'humanité du travail, de la nourriture, de l'éducation et de l'espace pour la culture et l'engagement social. Mais cela seulement dans des conditions sociétales qui mettraient l'homme et la nature au centre, et non pas, comme aujourd'hui, le profit maximum, le pouvoir impérialiste et la concurrence.
4. Parmi les masses, la conscience sur les conditions sociales injustes et d'exploitation s'est nettement développée. La volonté d'un changement s'accroît aussi bien que la recherche d'une alternative sociétale. Ce qui manque encore parmi les larges masses, c'est la clarté profonde sur les causes impérialistes du désastre. Il y a un manque de confiance et de sécurité dans la possibilité d'une société en harmonie entre l'homme et la nature, en démocratie et liberté et des perspectives socialistes pour l'avenir.
5. Dans beaucoup de pays, des partis, organisations et mouvements révolutionnaires, anti-impérialistes ont surgis et se sont renforcés pendant les dernières années. Le désir augmente de coopérer au delà des divergences qui existent encore, et de résoudre pas à pas les contradictions politiques et idéologiques.
6. Prenons l'initiative pour construire un front uni anti-impérialiste,
- qui se dirige contre tous les impérialistes et lutte en priorité contre l'impérialisme US en tant que fauteur de guerre principal, superpuissance et ennemi de tous les peuples !
- qui fait progresser le processus de clarification sur l'impérialisme au niveau mondial, afin de renforcer la confiance en soi, le degré d'organisation et la confiance au niveau national et international ;
- qui organise et coordonne des pas efficaces de la lutte commune ;
- qui construit un fondement pour devenir une force supérieure à l'impérialisme.
7. Discutons partout la nécessité de ce regroupement et la nécessité d'y investir des forces.
8. Recueillons des signataires pour cet appel jusqu'au 1er mai 2019 !
9. Proposons des représentants dignes de confiance, qui prennent en main la coordination d'une première conférence !
10. Célébrons une première journée de lutte anti-impérialiste au niveau mondial, convenue d'un commun accord, en 2020 !

 

 

 


26.03.19 / CC du MLKP: Baran Serhat, le représentant d'avant-garde de la "Génération des Victoires" est immortel!

Nous vaincrons le régime fasciste de la chefferie et le colonialisme négationniste!

 

Le camarade Bayram Namaz dont le nom de guerre fut Baran Serhat, a été assassiné le 23 mars à Serêkaniyê - Rojava par une bombe placée dans sa voiture suite à l'ordre du dictateur fasciste Erdogan et à l'organisation du Service turc de renseignement (MIT) avec l'aide de la contre guérilla.


La révolution et notre parti sont maintenant privés des contributions pratiques d'un militant exubérant qui a transformé sa vie ordinaire en une énorme falaise, d'un organisateur compétent avec une grande volonté de fondateur, d'une avant-garde stimulante avec son esprit de sacrifice et son engagement, d'un combattant politique affirmé qui ne renonce pas aux grands rêves, d'un représentant fort de la camaraderie révolutionnaire et d'un fervent travailleur de l'internationalisme. Il est impossible de ne pas sentir le vide de cette perte. Néanmoins, la lutte de notre camarade, les valeurs qu'il a défendu, ses grands objectifs révolutionnaires et l'esprit de percée qu'il a toujours gardé à l'œil continueront à donner du pouvoir à la révolution, à notre parti et à ses camarades. Il continuera d'être la source de pouvoir et d'inspiration, de nous guider en tant que guide rouge dans les moments et les conditions les plus difficiles et les plus impossibles.


Chères soeurs, chers frères !


Le membre fondateur de notre parti, le camarade Bayram Namaz, a embrassé le monde le 20 février 1970 à Patnos - Ağrı. Il a passé son enfance et sa jeunesse dans la province de Van. Les politiques de négationnisme et d'assimilation du colonialisme et des inégalités sociales l'ont conditionné à se diriger vers la révolution. Ses années d'université à Trakya et son processus de travail en tant qu'ouvrier de la construction l'ont renforcé sur son chemin. Dans ces années-là, alors que l'influence croissante de la lutte révolutionnaire nationale augmentait ses sentiments et ses pensées patriotiques, le camarade Bayram commença à intensifier ses recherches politiques. Il a toujours adopté l'idée de la nécessité de la lutte armée. Il a fait ses premiers pas pour devenir un révolutionnaire organisé à Tekirdağ.


Son nom a été inscrit pour la première fois dans les registres officiels de la police politique en mai 1990 après son arrestation à Çanakkale. Environ un an plus tard, il a été emprisonné après avoir été pris dans un véhicule temporairement saisi avec deux de ses camarades, alors qu'ils étaient en route pour une action d'expropriation publique. Après ses années en prison, il s'est présenté directement à la "Révolution de l'Unité" du MLKP. Depuis octobre 1995, il a été exposé à de nombreuses reprises aux attaques de la détention. Après les détentions d'octobre 1995, février 1997 et septembre 2006, il a continué à produire son œuvre révolutionnaire en prison à plusieurs reprises. A partir de 1990, le camarade Baran avait répondu à tous les interrogatoires de la police en vainquant les tortures dans leurs propres repaires. Il a transformé les salles d'audience en tranchées d'où il a interrogé le fascisme, le colonialisme négationniste et le capitalisme et a crié ses idéaux révolutionnaires.


Dans toutes ces périodes de lutte, le camarade Baran s'est imposé comme l'un des représentants d'avant-garde de la " Génération des Victoires" que notre Révolution de l'Unité visait à créer. Il courait partout où la révolution l'exigeait. Il n'a fait aucune discrimination de devoir ou de travail. Il a ajouté son esprit dans toutes ses fonctions; il n'a cessé de renforcer son caractère d'"individu actif collectif", encore et encore. En un quart de siècle, en plus de ses autres fonctions, il a assumé différentes responsabilités de notre parti à diverses époques, y compris le Comité de la Province d'Istanbul, le Secrétaire du Comité de la Province d'Adana, le Secrétaire du Comité de la Province d'Istanbul, le Secrétaire du Kurdistan du Nord, le Représentant de l'Organisation Rojava, il fut membre du Comité du Kurdistan et du Comité Central, membre du Conseil exécutif du Comité Central. Il s'acquittait de toutes ses tâches avec un grand désir, de la détermination, de la sérénité et du militantisme. Peu importe ce que c'était, un nouveau devoir, une nouvelle responsabilité avait toujours été pour lui un ordre, une opportunité et une dette de renforcer la lutte révolutionnaire. Dans tous les domaines, il a mobilisé de toutes ses forces son accumulation, son expérience et son talent. Il a travaillé avec un esprit et une perspective dédiés à soutirer et prendre tout. Il a apporté richesse et rythme aux activités par son initiative créative et sa volonté d'avant-garde.


Le camarade Baran était le chef de notre parti dans la pratique et l'approfondissement de sa caractéristique du Kurdistan et du patriotisme socialiste. En tant que "Kawa" du Kurdistan Nord, "Baran" de Rojava, il a consacré un effort et un travail sans limite. Sa détermination n'a pas faibli un seul instant face à des obstacles difficiles qui semblaient insurmontables. Pour aller de l'avant, soit il trouvait un chemin, soit il réussisait à ouvrir un chemin.
En tant qu'avant-garde de la compréhension et de l'action de notre parti en faveur d'une lutte révolutionnaire unie, d'un front et d'une direction révolutionnaire unie, il a fait des efforts pour la fondation du Bataillon international de la liberté (IFB). Il a été l'un des pionniers du processus de fondation du Mouvement Révolutionnaire Unifié des Peuples (HBDH). Il a été dans un effort continu et une insistance révolutionnaire pour le succès de HBDH et de notre parti, aussi bien que pour augmenter la dévotion et l'efficacité que pour réaliser ce succès.


Chères soeurs, Chers frères !


Le camarade Baran Serhat n'a jamais perdu son optimisme révolutionnaire, mais il a toujours produit une révolution pleine de romantisme révolutionnaire. Dans le procès qui s'est tenu le 4 novembre 2013 de l'affaire du "8 septembre", dont il a été maintenu en prison pendant 8 ans, il a répondu au procureur et à l'acte d'accusation par un texte de 18 pages dont certaines parties en kurde, d'autres en turc. Dans son discours en kurde, après avoir souligné la division du Kurdistan en quatre parties, les politiques de négationnisme et d'assimilation, ainsi que la lutte nationale du peuple kurde, il a évalué la situation dans chaque partie et a crié " une région kurde a lieu à Rojava, dans le Kurdistan occidental. Dans cette petite partie, un grand portail s'ouvre". Il a salué ceux qui se battaient et payaient un prix là-bas à Rojava. Cependant, neuf mois après ces paroles pleines d'espoir, qui affirmaient une période difficile pour la révolution de Rojava qui se trouvait maintenue sous une menace de la collaboration de l'administration d'Erdogan et de Daesh, il était en charge de ses devoirs révolutionnaires à Rojava en juillet 2014.


Le camarade Baran Serhat a dirigé la lutte de notre parti à Rojava. Il a mobilisé toutes ses forces et tous ses talents pour vaincre Daesh, mettre fin à la tendance à l'immigration, défendre la révolution de Rojava, organiser les peuples à embrasser la révolution et ses institutions, ainsi que pour l'unité fraternelle et démocratique des peuples de Rojava. Il a accompli une série de travaux ardents tels que la fondation des bataillons de notre parti et l'établissement d'organisations de travail de masse. En tant que commandant ayant des responsabilités exécutives, il s'est efforcé de développer les qualités idéologiques, politiques et militaires de nos guérilleras et candidats à la guérilla. Il avait formé et élevé de nombreux commandant.e.s. Ses pas brillent non seulement à Rojava, mais aussi à Shengal.


Pendant toutes ces périodes, le camarade Baran, en tant que l'un des dirigeants de notre parti, a continué à donner son travail mental pour le développement de l'avant-garde communiste. Avec ses opinions, suggestions et critiques lors des réunions du Comité central et d'autres processus, il s'est efforcé de mettre en pratique les décisions de notre parti d'une manière forte, compétente et créative, produisant de véritables solutions aux nouveaux problèmes et développant les revendications et l'horizon du parti.


Chères soeurs, chers frères !


Il est clair que le chef politico-islamiste fasciste Erdogan et son régime des décapitants fascistes cherchent à se venger de notre camarade et de notre parti en assassinant Baran Serhat, en privant la lutte unie d'un esprit fort et de leadership. En même temps, par ce massacre, ces vils ennemis des peuples de Turquie, du Kurdistan et de la région espèrent affaiblir la volonté de lutte de notre parti, affaiblir nos revendications révolutionnaires et briser notre détermination à être le pont de la révolution unifiée de Turquie et du Kurdistan ainsi que notre orientation pour la révolution régionale.


Mais en vain ! En tant que troupe de sacrifice de l'émancipation de la classe ouvrière et des opprimés, de la liberté et de l'égalité de notre peuple, notre parti poursuivra son combat dans les villes et dans les montagnes avec une plus grande détermination et ne s'écartera même pas d'un pouce de la ligne consistant à demander le compte du sang versé par les révolutionnaires et notre peuple. C'est notre promesse pour le camarade Baran Serhat et en son nom, pour tous les camarades tombés au combat ainsi que pour les camarades révolutionnaires. Tout comme une troupe de sacrifices, notre parti est aussi une parcelle de terrain semé de nombreux Baran Serhats. Cette parcelle de semence restera toujours en vie.


Notre chagrin est fort. Mais nos ennemis doivent savoir que notre rage est plus forte que notre peine.


Nous renforcerons la révolution! 


26.03.19 / Bayram Namaz (Baran Serhat) illumine notre chemin

 

Le camarade Bayram Namaz (Baran Serhat) a marché vers l'immortalité le matin du 23 mars à Serekaniye, Rojava, après une attaque vile de l'Etat turc et de ses bandes collaborateurs. Alors qu'il était en mission révolutionnaire tôt le matin, comme à son habitude, à la suite de l'explosion d'une bombe placée dans sa voiture, il est tombé martyr et le camarade à côté de lui a été blessé.

 

Le camarade Baran Serhat était membre du Comité central de notre parti et du Comité du Kurdistan, ainsi que représentant et commandant de l'organisation de Rojava de notre parti. Ce n'est pas un hasard si le camarade Baran Serhat, qui a été l'un des cadres dirigeants du MLKP, est devenu une cible. Cette attaque est la suite du massacre de Suruç, qui visait à faire sauter le pont de la révolution unie de Turquie et du Kurdistan. Notre parti s'est positionné à l'avant-garde des tranchées de guerre, juste après le début de la révolution de Rojava. Sur presque tous les fronts, de Kobanê à Raqqa, de Minbij à Efrîn, notre parti s'est battu contre les bandes collaboratives de l'État turc et a donné des martyrs. Notre parti a joué un rôle important dans l'échec des plans de conquête de l'État fasciste colonialiste turc de Rojava et du nord de la Syrie par la collaboration de ses bandes.

 

Durant ses cinq années à Rojava, le camarade Baran a été le chef idéologique, politique, organisationnel et militaire des forces de notre parti. Il a joué un rôle de premier plan dans l'éducation multidimensionnelle de dizaines de camarades. Pour le triomphe de la révolution de Rojava, il a travaillé avec son esprit, son travail, son amour et son enthousiasme révolutionnaire. Il courait d'avant en avant. Il a dirigé le processus de création du Bataillon international de la liberté.

 

Avec son audace révolutionnaire, sa conscience et son expression de soi, le camarade Baran a représenté la force dirigeante de notre parti, qui se définit comme un parti du sacrifice pour la révolution. Pas à un seul moment, il s'est retiré. Il a vécu 24 heures pour la révolution. Sans se demander s'il était petit ou grand, il s'est associé à chaque tâche révolutionnaire avec une dévotion et une attention révolutionnaire.

 

Le camarade Baran a combiné la guerre de combat avec le travail politique et organisationnel, il a formé des cadres politiques et organisationnels de haute qualité ainsi que des commandants et des guerriers. Il a dirigé les forces de notre parti travaillant à la construction démocratique révolutionnaire ainsi qu'à la défense de la révolution de Rojava.

 

Le camarade Baran a participé à la création et au développement du Mouvement révolutionnaire uni des peuples (HBDH). Il s'est efforcé de mettre en pratique les décisions de HBDH, pour l'unité de la parole et de l'action. Il a suivi la ligne de la révolution unifiée avec une perspective de la révolution régionale au Moyen-Orient.

 

Le camarade Baran était un communiste kurde de la région de Serhat au Kurdistan du Nord. De 2003 jusqu'à son arrestation en 2006, il a été membre du Comité du Kurdistan de notre parti. Il a pris en charge la direction du travail au Kurdistan du Nord. Il a pris de l'importance avec sa résistance dans les cachots contre la torture. Il a transformé les cellules en école de révolution. Il était membre du Comité du Kurdistan depuis le jour où il a terminé sa mission révolutionnaire dans les prisons jusqu'au jour où il s'est immortalisé.

 

Il a apporté une grande contribution à la construction de la ligne du patriotisme socialiste de notre parti. Il s'est mis en avant pour l'aspect pratique de cette ligne. Il a combiné la lutte légitime avec la lutte illégale. Il a mêlé sa manière d'organiser et de travailler à la lutte politico-militaire. Où qu'il soit, il a défendu le slogan du "Kurdistan libre" et l'a incarné dans sa propre personnalité.

 

Les bandes fascistes colonialistes doivent savoir que ni les massacres de masse comme Suruç, ni leurs attaques viles contre nos cadres dirigeants, comme Baran Serhat, ne peuvent arrêter notre marche révolutionnaire, empêcher notre lutte pour la liberté et le socialisme ou étrangler notre rêve du Kurdistan libre.

 

Les ignobles hordes ennemies doivent savoir que les Baran Serhats de notre parti sont inépuisables. Les hommes et les femmes commandant.e.s et combattant.e.s, que Baran Serhat a formé avec son travail, sont prêts à prendre sa place.

 

Quoi que vous fassiez, nous grandirons et viendrons comme une avalanche. Nous avons placé les rêves de nos immortel.le.s dans nos canons. Nous allons être une pluie de Baran sur vous avec nos balles et nos bombes.

 

Vous ne pouvez pas nous arrêter. Nous continuerons à défendre et à construire la révolution de Rojava. Nous détruirons votre régime fasciste colonialiste. Nous libérerons le Kurdistan.

 

Vous, les jeunes femmes et les jeunes hommes, rendez-vous au premier plan, dans les rangs du parti, à devenir Baran !

 

Nous sommes le parti de Baran Serhat, vous ne pouvez pas nous arrêter ! MLKP est invincible !

 

Baran Serhat est immortel !

 

Vive la révolution au Moyen-Orient !

 

Vive la liberté et le socialisme !

 

MLKP Kurdistan


05.01.19 / Prisonniers Du MLKP Se Joindront À La Grève De La Faim Pour Öcalan


Les prisonniers du MLKP se joindront à la grève de la faim pour Öcalan à partir de 3 janvier jusqu'au mardi 8 janvier. Le but de cette grève, lancée par la coprésidente du DTK et députée du HDP Leyla Güven, est de mettre fin au régime d'isolement imposé à Öcalan et de lutter pour sa libération. De nombreuses grèves de la faim ont été menées pour soutenir celle de Leyla Güven.


28.12.18 / Dans les Rues, en Action, en Résistance contre les Attaques d'Invasion et de Terreur !

 

Les attaques fascistes et l'occupation coloniale contre Mexmûr, Shengal, Afrin et Rojava se poursuivent. Quatre femmes patriotes âgées de 13 à 73 ans ont été assassinées à Mexmûr lors d'un bombardment par des avions de guerre. Lors de la même attaque, la direction de Tayyip Erdoğan, qui a également assassiné trois civils à Shengal, menace systématiquement, de plus en plus inconsidérée, des millions de personnes vivant à Rojava et dans le nord de la Syrie. Le tueur de femmes et de civils, l'AKP poursuit ses préparatifs de guerre.
Erdoğan et ses bandes, qui ont organisé sous les yeux du monde les massacres de Mexmûr, Shengal et Afrin, se sont maintenant tournés vers le Rojava, qu'ils ont appelé "l'Est de l'Euphrate".
Ces attaques, qui ont eu lieu à un moment où les forces révolutionnaires de Rojava ont atteint le stade final d'opérations efficaces contre les bandes de Daesh/l'Etat islamique, sont devenues l'un des indicateurs de la relation organique entre les bandes sanglantes et l'administration d'Erdoğan.

La Guerre des Tyrans et la Capitale Politique Islamiste
Avant les élections, ils veulent garder leurs coalitions fondues ensemble devant les masses, mettre un terme à ces développements dans l'atmosphère intimidante du poison du chauvinisme et des politiques de guerre, et mettre un terme à l'accumulation progressive de la société.
Ils ne tolèrent pas le moindre mouvement de la société, car ils sont faibles. La violence, les attaques et la terreur d'État, qui deviennent de plus en plus téméraires, sont menées pour combler ces faiblesses.
Ils ne peuvent tolérer le moindre comportement organisé dans la rue, dans le bâtiment du parti, même dans des institutions telles que la HRA (Human Rights Association). Du samedi à la grève de la faim, les mères ont peur de toutes sortes d'actions.
À Imrali, ils tentent d'étendre l'attaque d'isolement contre le dirigeant du peuple kurde, Abdullah Ocalan, à toutes les prisons, mais ils font face à la résistance des prisonniers. Les grèves de la faim initiées par Leyla Güven et le réseau de solidarité qui s'est tissé autour d'elle les ont plongées dans la panique. Les vagues de la crise économique ont commencé à décimer les pauvres et même les adeptes du fascisme se sont rebellés. Les millions de personnes qui luttent pour leur survie restent également dans un dilemme d'existence-d'absence. Les rues deviennent plus chaudes. Ils ont peur des actions des gilets jaunes en France et craignent à tout jamais une nouvelle période telle que Gezi. Dans de telles circonstances, ils se dépêchent de commencer l'invasion de Rojava pour empêcher de nouvelles actions. Parce qu'ils espèrent que le discours de guerre supprimera toutes sortes d'objections.
Pour être clair, la vie de centaines de milliers de personnes risque d'être sacrifiée à l'anxiété future d'une poignée de capitalistes et de fascistes dirigée par Tayyip Erdoğan et son collaborateur Devlet Bahceli. Cela vaut non seulement pour Rojava et le nord de la Syrie, qui sont la cible de ces attaques. Dans le même temps, la vie de tous les peuples de la Turquie et du Kurdistan du Nord dépend d'une poignée de destin de colon et de bourgeois. La bataille à l'ordre du jour est la guerre des sacs de monnaie bourgeois et des commerçants religieux fascistes réactionnaires. Des centaines de milliers de personnes tentent de créer un vortex de guerre sans fin afin de pouvoir continuer à bénéficier de leurs bénédictions.
La coalition AKP-MHP dirigée par Tayyip Erdoğan est devenue une menace sérieuse pour les peuples de Turquie, ainsi que pour tous les peuples vivant dans la région.

La Résistance unie pour arrêter la Guerre
Le duo Erdoğan et Bahçeli, qui souhaitent se rendre aux élections dans cette atmosphère de guerre, pourra faire usage de toutes sortes de pratiques de fraude et de pratiques non légitimes. Lors des prochaines élections locales, les gagnants ont déjà été annoncés. Peu importe ce que les gens votent, ils pourront déclarer un résultat approprié à leur pouvoir, tout comme les élections du 24 juin. Ils vont essayer de bloquer les élections avec les menaces d'oppression, de persécution et de terreur au Kurdistan, d'arrestations et d'attaques et avec la menace de "quiconque sera élu, nous désignerons un administrateur".
L'institutionnalisation fasciste sera approfondie non seulement lors des élections, mais dans tous les domaines, de l'économie à la politique, des gouvernements locaux au pouvoir judiciaire. L'état d'urgence sera normalisé. L'oppression et la répression vont entourer toute la société. L'isolement, la violence et les massacres seront imposés à notre peuple kurde par le génocide, les politiques de Daesh/ l'Etat islamique contre les Alevis, les femmes et les laïques seront utilisées. Tous les partis, y compris le CHP, seront obligés d'obéir au chef fasciste. Sinon, ils ouvriront les portes de Silivri ou d'une autre prison.
Si ces politiques de guerre sont autorisées, si l'on garde le silence et on les regarde faire ce qu'elles veulent ... Ce feu brûlera tout le monde, mais tout le monde à coup sûr.
Aujourd'hui est le moment où des millions de personnes, opposées à l'occupation et à la guerre, descendent dans la rue. Aujourd'hui est le jour de l'action révolutionnaire naissante. Il est possible de neutraliser la terreur des États fascistes et les politiques de guerre grâce à toutes les formes de lutte. La seule façon de faire est d'élargir la lutte de rue dans une ligne unifiée et révolutionnaire. Défendre la révolution Rojava signifie ne pas permettre une sale guerre d'occupation. Mettre en place des barricades pour défendre la révolution signifie être aux côtés de ceux/celles qui se tiennent derrière les barricades, qui défendent la liberté et l'espoir. Cela signifie se mobiliser pour l'honneur, la liberté et la révolution !
Non à la guerre d'occupation fasciste !
Longue vie à la révolution Rojava !
Les occupants fascistes colonialistes seront vaincus, les peuples qui résisteront gagneront !

MLKP Kurdistan


Archive



  Page 12345678
 

 

BULLETIN



PRéSENTATION



 

 

 

ICOR



RAPPORTS